L’implantation d’une clinique virtuelle pour les troubles anxieux et dépressifs au Québec et en Ontario: Une approche innovante en santé mentale


En bref – La clinique virtuelle ēquilia

La clinique virtuelle ēquilia s’adresse aux personnes qui présentent des symptômes anxieux et dépressifs. Elle propose des programmes d’autosoins en ligne qui visent à développer des habiletés pratiques pour transformer les pensées, sensations et comportements liées aux troubles anxieux et dépressifs. Ces programmes s’appuient sur les principes de la thérapie cognitive-comportementale, une approche de psychothérapie dont l’efficacité est démontrée par la recherche scientifique. La clinique virtuelle ēquilia est une adaptation à notre contexte de la clinique This Way Up (https://thiswayup.org.au) en Australie.  Dans la première phase d’implantation de notre clinique virtuelle, qui débutera à l’automne 2021, nous offrirons d’abord le programme sur les troubles anxieux et dépressifs mixtes à des communautés francophones au Québec et en Ontario. Notre équipe de recherche a déjà adapté ce programme en français dans le cadre d’une étude de faisabilité.


Le programme sur les troubles anxieux et dépressifs mixtes :

  • Le programme pour les troubles anxieux et dépressifs mixtes comprend six leçons en ligne basées sur des stratégies de thérapie cognitive-comportementale. À travers l’histoire illustrée de X et X, nous développons des stratégies pour gérer efficacement les symptômes anxieux et dépressifs, telles que la restructuration cognitive et l’exposition. Chacune des leçons s’accompagne de plans d’action, d’exercices pratique, de ressources complémentaires et de questionnaires d’auto-évaluation. Le programme est réalisé dans un délai de 12 semaines.
  • Ce programme s’appuie sur la thérapie cognitive-comportementale, une approche efficace pour le traitement des troubles anxieux et dépressifs. Des études scientifiques démontrent spécifiquement l’efficacité de ce programme d’autosoins de This Way Up .
  • Ce programme peut être réalisé de manière autonome (autosoins non-dirigés) ou avec l’implication d’un professionnel de la santé (autosoins dirigés).

Ce projet vous intéresse?

• Les personnes qui présentent des symptômes anxieux et dépressifs pourront s’enregistrer à la clinique virtuelle ēquilia pour accéder au programme sur les troubles anxieux et dépressifs mixtes. Le programme pourra être utilisé de manière autonome ou avec le soutien clinique d’un professionnel de la santé.
• Les professionnels de la santé qui travaillent dans la région administrative du CIUSSS de l’Estrie-CHUS pourront s’enregistrer à la clinique virtuelle pour orienter des personnes qui présentent des symptômes anxieux et dépressifs vers la clinique virtuelle ēquilia. Une formation brève sera requise pour bien orienter les personnes et suivre leur progression sur ēquilia dans une approche d’autosoins non-dirigés.
• Les professionnels de la santé avec une expertise en santé mentale intéressés à offrir un soutien clinique à leurs patients pourront également participer à une formation brève sur l’approche de thérapie cognitive-comportementale proposée aux personnes qui participent aux programmes de de la clinique virtuelle ēquilia. Cette forme d’autosoins dirigés peut être d’intensité variable.

Le lancement de la clinique est prévu à l’automne 2021.

Projet de recherche mené à l’Université de Sherbrooke en partenariat avec le CIUSSS de l’Estrie-CHUS (Roberge, Vasiliadis et al.; IRSC 2020-2021)

Alors que près de 20% de la population québécoise sera confrontée à un trouble anxieux ou dépressif au cours de sa vie, le contexte inhabituel lié à la pandémie du coronavirus COVID‑19 a des répercussions psychologiques importantes chez la population. C’est dans ce contexte que les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) nous ont accordé un financement à travers leur initiative sur la santé mentale et la COVID-19. Au Québec, la mise en œuvre du Programme québécois pour les troubles mentaux : des autosoins à la psychothérapie (PQPTM) préconise un modèle de soins en étapes. La thérapie cognitive-comportementale est au cœur des interventions recommandées pour les troubles mentaux courants. À ce jour, les interventions Web de thérapie cognitive-comportementale disponibles en français et scientifiquement validées pour les troubles mentaux courants sont très peu accessibles au Québec.
Le but de notre projet est de disséminer et d’implanter la clinique virtuelle ēquilia et le programme pour les troubles anxieux et dépressifs mixtes. Nous examinerons les facteurs associés à l’adoption du programme, l’adéquation avec les besoins des patients, les trajectoires cliniques, la formation et le renforcement des capacités, et le potentiel de pérennisation. L’étude mixte prospective sera réalisée sur l’ensemble du territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Les personnes présentant des symptômes d’anxiété et de dépression pourront s’inscrire de manière autonome ou être orientées par un professionnel de la santé. Le programme sera mis en œuvre sur une plateforme informatique de santé du Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CRCHUS; www.cred.ca/). Des séances de formation en ligne seront dispensées aux cliniciens pour l’orientation vers le programme ainsi que le soutien clinique lorsque pertinent. La collecte de données sera intégrée à la clinique virtuelle pour les établissements, les cliniciens et les patients. Des entretiens qualitatifs seront aussi menés avec les professionnels de la santé.
Les leçons tirées de ce projet de dissémination et d’implantation permettront d’établir les bases d’un déploiement à grande échelle et la pérennisation de la clinique virtuelle ēquilia. La mise en œuvre à grande échelle du programme d’autosoins dirigés et non-dirigés pour les troubles anxieux et dépressifs mixtes de la clinique virtuelle ēquilia pourrait améliorer l’efficacité, l’efficience, l’équité et l’accès à une intervention éprouvée pour un grand nombre de personnes souffrant de troubles anxieux et dépressifs au Québec. À terme, notre but est de favoriser un accès équitable de la clinique virtuelle à la population, et de poursuivre les activités de recherche et de développement pour améliorer de manière continue l’offre de programmes fondés sur des données probantes en santé mentale.


Projet clinique mené l’Hôpital Montfort en Ontario

Nous travaillons en partenariat avec l’Hôpital Montfort en Ontario pour l’acquisition, l’implantation et l’évaluation de la clinique virtuelle ēquilia au Canada. Pour de plus amples informations sur les projets clinique et de recherche, vous pouvez consulter : https://hopitalmontfort.com/fr/les-soins-virtuels


Des nouvelles du projet

Roberge, Vasiliadis et al. (IRSC 2020-2021; 200 000 $) ont obtenu une subvention de fonctionnement des Instituts de recherche en santé du Canada au concours Besoins et services en matière de santé mentale et de toxicomanie dans le contexte de la COVID-19. Ce projet vise la dissémination et l’implantation rapide de la clinique virtuelle et du module mixte au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.


FINANCEMENT INITIAL ET PARTENAIRES

  • Le projet a débuté par un financement de MEDTEQ et de la Fondation du CHUS (appariement CRCHUS) (Roberge, Vasiliadis et al., 2018-2020; 125 000 $) pour réaliser une adaptation française et étude de faisabilité du module pour les troubles anxieux et dépressifs mixtes de la clinique virtuelle This Way Up de l’Hôpital St-Vincent à Sydney en Australie. L’Hôpital Montfort en Ontario s’est alors joint au projet en tant que collaborateur.
  • Un financement de Santé Canada (Hôpital Montfort; 1M$) a permis de formaliser une collaboration pour l’acquisition de la licence de la clinique virtuelle This Way Up. La clinique virtuelle est en cours d’acquisition par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS et l’Université de Sherbrooke, auprès de l’Hôpital St-Vincent en Australie, et une entente de cogestion est prévue avec l’Hôpital Montfort.

ÉQUIPE DE RECHERCHE – VOLET SHERBROOKE

Chercheuses principales:
• Pasquale Roberge, Dép. de médecine de famille et de médecine d’urgence, UdeS, CRCHUS
• Helen-Maria Vasiliadis, Dép. des sciences de la santé communautaire, UdeS, CR-CSIS

Co-chercheurs :
• Hila Haskelberg, St. Vincent’s Hospital (Australie)
• Alain Lesage, Université de Montréal
• Catherine Hudon, UdeS
• Jean Grenier, Université d’Ottawa
• Marie-Hélène Chomienne, Université d’Ottawa
• Martin Drapeau, PhD, Université McGill
• Martin D. Provencher, Université Laval
• Réal Labelle, UQAM
• Janie Houle, UQAM
• Marie-Thérèse Lussier, Université de Montréal

Utilisateurs de connaissances:
• Marie-Claude Beaulieu, Directrice du réseau de recherche axée sur les pratiques de première ligne (RRAPPL) de l’UdeS
• Bruno Collard, Directeur du Service de psychologie et d’orientation, UdeS

Collaborateurs :
• Stéphane Tremblay, PDG, CIUSSS de l’Estrie-CHUS
• Suzanne Robichaud, Vice-présidente des services cliniques et chef de la pratique infirmière, Hôpital Montfort
• Michael Millard, Directeur clinique, This Way Up (Australie)
• Vickie St-Denis, MBA, D. Psy, Adjointe au directeur, Direction des programmes santé mentale et dépendance, CIUSSS de l’Estrie-CHUS, UdeS
• Pierre Dagenais, UETMISSS, CIUSSS de l’Estrie-CHUS, UdeS
• Guy Drouin, Initiative patient-partenaire, UdeS
• Alain Vanasse, UdeS, Unité de Soutien SRAP Québec